RDC / France : Le Drian rectifie le tir

Le chef de la diplomatie française a apprécié l’alternance démocratique en RDC, après à peine cinq mois qu’il avait affirmé que la présidentielle du 30 décembre 2018, s’était soldée par un «compromis à l’africaine».



Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian a qualifié le scrutin du 30 décembre en République démocratique du Congo de "vraie élection démocratique validée par la Cour constitutionnelle et par l’Union africaine".

Le Drian s’exprimait en conférence de presse, tenue lundi soir depuis le palais présidentiel à Kishasa, au terme d'un tête-à-tête avec le président congolais Félix Tshisekedi.

Le ministre français en charge de l'Europe et des Affaires étrangères a évoqué une "alternance qui est effective" et qui "se concrétise aussi par des actes. Ce n’est pas uniquement une alternance du discours", a-t-il laissé entendre.

En tenant ces propos, Le Drian marque un revirement total par rapport à sa première réaction suite à l’annonce des résultats de la présidentielle en RDC.

Il avait contesté, en effet, la victoire de Félix Tshisekedi, affirmant que l’élection du 30 décembre dernier s’était "achevée, finalement, par une espèce de compromis à l'africaine", faisant allusionà un deal contesté entre Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila.

Lors de sa conférence de presse, Le Drian a même cité des réalisations de Tshisekedi dans le cadre de la décrispation du climat politique, affirmant que le président français Emmanuel Macron, lui a "demandé de saluer toutes les initiatives prises par le président Tshisekedi dans le domaine de l’Etat de droit".

Le Drian marque ainsi un certain réchauffement des relations entre Kinshasa et Paris, a indiqué le porte-parole de la présidence, Kasongo Mwema, à cette occasion.

Au cours de sa visite, Le Drian a promis 300 millions d'Euros sur toute la durée du mandat du président Félix Tshisekedi pour les secteurs "prioritaires", dont la santé, la sécurité, l’éducation, l’agriculture, l'énergie et l’environnement.

Bien que les relations ne soient pas conviviales durant la dernière décennie, la RDC demeure l’un des principaux partenaires de la France sur le continent.

Le communiqué conjoint émis par Paris et Kinshasa à l'issue de la visite du diplomate français en RDC, évoque le prochain accord de désendettement et de développement, que la France et la RDC souhaitent signer prochainement.

Il s'agit d’un montant de 65 millions d’euros sur trois ans et la montée en puissance de l’intervention de l’Agence Française de Développement (AFD).

Ces subventions atteindront 30 millions d’euros en 2019 et passeront à 50 millions d’euros pour 2020 et 2021.

Sans compter sa contribution à la mission de l'ONU en RDC (Monusco), Paris affirme que ses contributions respectives aux différentes organisations internationales atteindront un montant total de 209 millions de dollars.

Le Drian est arrivé lundi à Kinshasa et devrait se rendre, par la suite, à Ndjamena, capitale du Tchad.

"Il évoquera notamment les prochaines élections législatives, la lutte contre le terrorisme dans le Sahel dont le Tchad est un partenaire majeur, la situation en République centrafricaine et en Libye", souligne le ministère français des affaires étrangères dans un communiqué publié à l’occasion de cette mini tournée africaine.

 

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]