Tunisie / Liberté de la presse : les craintes du Syndicat National des Journalistes Tunisiens

Publié par Mohammed Maher Ben Romdhane le . Publié dans Actualité Afrique

200 journalistes ont fait l’objet de 139 agressions du 1er mai 2018 au 30 avril 2019.

Le président du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), Neji Bghouri, a exprimé, vendredi, ses craintes quant à la régression des libertés en Tunisie, suite aux pratiques restrictives visant l’action des journalistes.

Au cours de l’annonce du rapport annuel sur les libertés de la presse en Tunisie au siège du SNJT, qui coïncide avec la journée internationale de la liberté de la presse, Bghouri a mis en garde contre la prédominance "des financements politiques sur le secteur médiatique".

Il s’agit selon lui de tentatives qui menacent la liberté de la presse et qui visent également à exploiter la justice pour restreindre l’action journalistique en Tunisie.

Le président du SNJT a ainsi indiqué que 200 journalistes ont fait l’objet de 139 agressions du 1er mai 2018 au 30 avril 2019. Un chiffre alarmant selon Bghouri qui s’ajoute aux 150 licenciements de journaliste et aux 400 cas de journalistes qui n’ont pas été rémunérés.

La liberté de la presse est, selon Bghouri, la seule et unique garantie de la stabilité du paysage politique, social et économique tunisien.

 

 

 

Maroua Sahli, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer