ONU : Evacuation de centaines de personnes du camp de réfugiés au sud de Tripoli

Dujarric a déclaré que "l’ONU est encore préoccupée par la poursuite des affrontements dans différentes régions du sud de Tripoli".

L’Organisation des Nations Unies a annoncé, mercredi, que «les efforts sont déployés, actuellement, pour évacuer des centaines de réfugiés et de migrants du centre de détention de Kasr Ben Ghechir, dans le sud de la capitale libyenne Tripoli, à la suite des actes de violence enregistrées dans ce camp, mardi ».

C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric, lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’ONU à New York.

Dujarric a souligné que les actes de violence survenus au centre de détention, mardi, ont fait au moins 12 blessés, qui ont tous été transportés à l'hôpital pour recevoir les soins nécessaires".

Et d’ajouter que « 890 migrants et réfugiés étaient au centre lors du déclenchement des attaques ».

Le porte-parole onusien a indiqué que "les agresseurs sont inconnus", en réponse à une question sur les responsables de ces actes de violence.

Cependant, les forces du gouvernement libyen d’entente nationale avaient accusé, mardi, les forces du général à la retraite, Khalifa Haftar, d’avoir tué 6 migrants clandestins et blessé 11 autres, lors d’une attaque contre le même centre d’hébergement, à Tripoli.

Des affrontements ont lieu à Tripoli, depuis 3 semaines, après le lancement d’une opération militaire pour la prise de contrôle sur la capitale Tripoli par le général à la retraite et commandant des forces de l’Est, Khalifa Haftar.

Dujarric a indiqué, quant à ces événements, que « l’ONU est toujours préoccupée par la poursuite des affrontements, dans différentes régions du sud de Tripoli et par leurs répercussions sur la situation humanitaires ».

« Nous poursuivons la collaboration avec nos partenaires pour sauver la situation humanitaire », a-t-il ajouté.

« Nous continuons également à œuvrer pour une trêve immédiate en vue de faire parvenir les aides humanitaires et de permettre aux civils de quitter les zones de conflit, surtout que, probablement, 3600 réfugiés et migrants sont bloqués dans les centres d’hébergement proches des premières lignes des affrontements », a poursuivi Dujarric, dans le même contexte.

Il a souligné que « le Secrétaire général de l’ONU et l’émissaire onusien pour la Libye, Ghassan Salamé, s’engagent avec l’Union Africaine à trouver une solution permanente et pacifique à la crise libyenne ».

 

 

Mohamed Tarek, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]