L'Algérie détient des hommes d'affaires liés à Bouteflika

L'Algérie détient des hommes d'affaires liés à Bouteflika


La décision intervient peu après que le chef d'état-major de l'armée s'est engagé à lutter contre la corruption.

 

Les autorités algériennes ont arrêté quatre hommes d'affaires proches du président récemment démissionnaire Abdelaziz Bouteflika, ainsi que le milliardaire algérien Issad Rebrab, pour corruption, selon des médias locaux.

La télévision nationale a rapporté lundi que la gendarmerie nationale algérienne (qui relève du ministère de la Défense) avait arrêté quatre hommes d’affaires de premier plan liés à Bouteflika, connus localement comme les "frères Coninav".

Les quatre personnes auraient été arrêtées pour «avoir abusé de leur influence et avoir manqué aux obligations qui leur incombent en vertu des contrats conclus avec l'État».

Les autorités auraient également arrêté le propriétaire du groupe algérien Cevital, Rebrab, qui pourrait ainsi répondre aux allégations selon lesquelles il aurait "fait de fausses déclarations, importé du matériel de qualité inférieure et aurait été dispensé de payer des droits de douane".

Reconnu comme l’homme le plus riche de l’Algérie, Rebrab serait riche de 3,8 milliards de dollars, selon le magazine Forbes en janvier.

À la fin du mois dernier, Ali Haddad, un autre homme d'affaires algérien de premier plan, avait également été arrêté pour corruption.

Haddad est un ancien président du Forum des chefs d'entreprise algérien, composé en grande partie d'hommes d'affaires pro-Bouteflika.

La dernière vague d’arrestations intervient quelques jours seulement après que Ahmed Gaid Saleh, le chef d’état-major de l’armée algérienne, s’était engagé à lutter contre la corruption au sein du gouvernement.

Vendredi dernier, les Algériens ont manifesté à Alger - pour la neuvième semaine de suite - pour demander des enquêtes sur tous les cas de corruption de l'ère Bouteflika.

Bouteflika, âgé de 82 ans, a retiré sa candidature pour un cinquième mandat tôt dans la semaine qui a suivi les manifestations populaires contre son pouvoir.

 

 

 

Abdul Razzaq bin Abdullah, Ali H. M.Abo Rezeg, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 

Algérie : Ouyahia et le ministre des Finances convoqués par la justice

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]