Togo : Un mort en marge des manifestations à Bafilo (centre)

Information confirmé par le ministre de l'Intérieur, les circonstances de la morts n'ont, toutefois, pas encore été déterminées.




Au Togo, un militant du Parti National Panafricain (opposition) a trouvé la mort samedi lors d'une manifestation anti-pouvoir à Bafilo ( centre) a appris Anadolu de sources locales concordantes.

Joint par Anadolu, le ministre de la Sécurité, le Général Yark Damehame, a confirmé la mort d'un manifestant à Bafilo.

Le manifestant aurait été tué dans une bousculade, selon le ministre qui a tenu à rappeler que les autorités ont remis au PNP une liste des villes (Sokodé, Afgnan et Lomé) où il est autorisé à manifester et que Bafilo n'y figurait pas.

Selon un témoin oculaire joint par Anadolu, la victime aurait "succombé aux coups de miliciens qui étaient à bord d’une voiture blanche" et dont on ignore encore les motivations.

Interrogé à ce propos, le Général Yark Damehame a affirmé que les circonstances du décès seront déterminées sous peu, ajoutant que les services de médecine légale apporteront une réponse à toutes ces questions.

A Kpalimé (sud) et à Lomé, les manifestations contre un 4e mandat de Faure Gnassingbé ont été étouffées par les forces de l'ordre.

Par contre à Sokodé (centre), village natal de Tikpi Atchadam, le président du Parti National Panafricain-PNP, des milliers de personnes ont manifesté sans incident.

Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé est soupçonné par l'opposition de vouloir briguer un 4e mandat en 2020. Fait qu'elle conteste d'autant que la feuille de route de sortie de crise établie par la CEDEAO prévoit des réformes constitutionnelles et institutionnelles qui limitent le mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une fois.

Le Parti National Panafricain (PNP) a appelé le peuple togolais à manifester samedi dans plusieurs villes du pays pour exiger l’application "intégrale" de la feuille de route de sortie de crise de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

La Coalition de l'opposition C14 qui discutait de ces réformes avec le pouvoir est aujourd’hui affaiblie, divisée et diminuée de 7 de ses partis membres (dont le PNP et l’ANC de Jean Pierre Fabre, l’ex chef de file de l’opposition). Situation qui n'a pas empêché le PNP de reprendre seul la contestation.

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]