Guterres : Il est encore temps d'éviter le pire en Libye

Le secrétaire général des Nations Unies se dit préoccupé par le sort des réfugiés et des migrants



Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré, jeudi, qu'il était encore temps d'arrêter les violences en Libye et d'éviter le pire, soulignant sa conviction qu’il ne peut y avoir de solution militaire au conflit en cours dans ce pays.

Guterres s'exprimait dans un communiqué rendu public, jeudi, par le département d’information de l’ONU.

Guterres s’adressait à la presse à l’issue d’une réunion tenue à huis-clos par le Conseil de sécurité, qu’il a informé des rencontres qu’il a eues lors de sa récente visite en Libye, notamment avec le président du gouvernement d’entente nationale Fayez Sarraj, reconnu par la communauté internationale et le général à la retraite Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne.

Il a rappelé la déclaration qu’il avait faite en quittant Tripoli dans laquelle il s’était dit “profondément préoccupé” par l’escalade militaire et la crainte de voir se déclencher de graves affrontements dans la capitale libyenne et ses environs, notant que ses inquiétudes ont été entièrement confirmées.

“Mais il était encore temps de parvenir à un cessez-le-feu et de mettre fin aux hostilités afin d’éviter le pire, à savoir une bataille dramatique et sanglante pour le contrôle de Tripoli. Il était encore temps de reconnaître qu'il n'y avait pas de solution militaire. Seules des solutions politiques peuvent s'appliquer à des situations comme celle en Libye”, a déclaré le patron de l’organisation internationale en faisant part de son espoir que l’ONU aura la latitude de faire avancer le processus politique.

Guterres a tenu à exprimer “toute mon admiration pour le travail qu’accomplit mon Représentant spécial, Ghassan Salame, avec courage sur le terrain”.

Il a assuré qu’il fera tout ce qui était en son pouvoir pour appuyer les efforts de Salame, tout en exprimant son inquiétude quant au sort des migrants et des réfugiés en butte à “cette terrible situation”.

 

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]