RDC : les leaders de l'opposition se réunissent à Bruxelles

Après leur défaite à la présidentielle.



Les leaders de l'opposition congolaise se sont réunis à Bruxelles, autour de Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo (RDC), décidant de ne pas intégrer le camp au pouvoir et de se transformer en coalition politique.

Dans un communiqué rendu public samedi, au terme d'une réunion de 3 jours, les leaders de l'opposition ont réitéré leur refus des résultats de la présidentielle du 30 décembre et félécité le peuple congolais pour sa "maturité politque".

Jean-Pierre Bemba leader du mouvement de libération du Congo (MLC), Moïse Katumbi du mouvement "Ensemble", Adolphe Muzito du "Nouvel Elan", Mbusa Nyamwisi, Freddy Matungulu de "Congo Na Biso" et Martin Fayulu se sont réunis du jeudi au samedi à Bruxelles pour évaluer la "Lamuka", leur coalition électorale perdante de la présidentielle en RDC.

A la suite de cette réunion, ils ont décidé "d'étudier de transformer la coalition Lamuka en une plateforme politique et d'en définir les modalités d'organisation et de fonctionnement", précise le communiqué par lequel ces leaders "confirment leur détermination à poursuivre ensemble le combat pour défendre le respect des pratiques démocratiques ainsi que celle de leurs animateurs", ont-ils ajouté à l'issue de leurs travaux facilités par l’ONG sud-africaine In transformation initiative (ITI)

Dirigée par d’anciens négociateurs de la fin de l’apartheid, c’est cette ONG qui avait réuni à Johannesburg, en octobre 2018, les opposants congolais qui étaient à la recherche d’un candidat commun.

"Il faut décortiquer le mal. Le mal, c’est quoi dans notre pays ? Pourquoi le pays n’avance pas ? Pourquoi il y a eu fraude ? Le mal, c’est Kabila", a déclaré l'opposant Moise Katumbi lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Nous ne sommes pas dans le pouvoir, nous ne sommes pas dans la gestion, nous sommes en dehors, mais dans les jours qui viennent, vous allez avoir un détail et un descriptif de l’organisation et de la restructuration de Lamuka dans ce cadre", a déclaré Jean-Pierre Bemba mettant fin aux rumeurs sur un possible rapprochement entre leur camp et celui du président Félix Tshisekedi.

Les opposants n'ont pas rassuré que Martin Fayulu restera le meneur de leur coalition, à laquelle faisait partie Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe en décembre 2018, avant de se retirer 24 heures après.

"Il [ Martin Fayulu ] était notre candidat à la présidentielle et il a battu le candidat de Kabila, c'est l'essentiel", a déclaré Bemba lors de la même conférence de presse.

Autoproclamé "président élu et légitime" de la RDC, Martin Fayulu n'a fait aucune déclaration face aux Medias.

Il revendique toujours sa victoire et a récemment rassuré qu'il y aura un "soulèvement populaire" dans le pays.

Felix Tshisekedi a été proclamé vainqueur de la présidentielle, devant Fayulu et Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin de Joseph Kabila.

D'après l'Église catholique qui avait déployé plus d'observateurs électoraux sur terrain, Fayulu (la soixantaine) avait remporté la présidentielle.

Le gouvernement aurait instruit la commission électorale d’attribuer la victoire à Felix Tshisekedi, que le camp de Kabila considérait "moins hostile".

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]