RDC : Tshisekedi bloque l'installation des sénateurs élus

Et suspend l'élection des gouverneurs pour suspicion de corruption.



Le président congolais, Félix Tshisekedi a décidé lundi de "bloquer" l'installation des sénateurs et de repousser sine die l'élection des gouverneurs de province, suite à des soupçons de corruption des députés provinciaux chargés d'élire les sénateurs et les gouverneurs, a rapporté le ministre de l'Intérieur par intérim, Basile Olongo.

Le président a pris ces mesures à l'issue d’une réunion interinstitutionnelle qu’il a présidée, lundi, à la cité de l'Union Africaine (UA), a indiqué à la presse Basile Olongo, faisant le compte-rendu de ladite réunion.

"Le procureur général de la République a été instruit de mener des enquêtes rapides pour sanctionner les corrompus et corrupteurs à travers les 24 provinces du pays", a-t-il ajouté.

Ont pris part à cette réunion, autour de Félix Tshisekedi, les deux présidents de la Commission électorale, le président du conseil économique et social, le président de la Cour de Cassation, le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat, le président de la Cour constitutionnelle, le Conseil d’Etat, le président du Conseil national de suivi de l'accord (CNSA), le président de la Haute Cour militaire et le procureur général de l'armée .

Cette réunion s'est tenue 72 heures après les élections sénatoriales remportées par le front commun pour le Congo (FCC), coalition de l'ancien président Joseph Kabila.

Malgré ses nombreux élus dans les assemblées provinciales de Kinshasa, Kasaï-oriental et Kasaï, le parti de Tshisekedi, l'Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS) n'a obtenu qu'un seul siège au Senat sur les 100 sièges relatifs aux 24 provinces de la RDC.

Des militants du parti présidentiel ont manifesté samedi dans plusieurs villes congolaises pour dénoncer la corruption des députés provinciaux et exiger l'annulation des scrutins.

L'UDPS compte déjà porter plainte contre ses 26 députés provinciaux pour "corruption" et les pousser à abandonner leurs sièges au profit de leurs premiers suppléants, a affirmé auprès d'Anadolu, son président intérimaire, Jean-Marc Kabund.

L'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs était programmée pour le 27 mars prochain dans 24 des 26 provinces de la RDC.

Bien avant la décision du président Tshisekedi, le parti de Joseph Kabila, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a mis en garde celui de Tshisekedi contre toute "tentative anticonstitutionnelle d'annuler les résultats des élections des Sénateurs" et a contesté à ce parti "la prérogative de reporter celle des gouverneurs".

Proclamé vainqueur de la controversée présidentielle du 30 décembre 2018, dont la victoire est revendiquée par l'opposant Martin Fayulu, Félix Tshisekedi n'a pas de majorité à l'Assemblée nationale et dans les assemblées provinciales, chargées d'élire les sénateurs et gouverneurs des provinces.

Son premier ministre sera issu du camp de son prédécesseur, Joseph Kabila.

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]