RDC : La coalition de Kabila remporte les élections sénatoriales

Le Front commun pour le Congo (FCC), plateforme électorale de l'ancien président Joseph Kabila revendique plus des "2/3" des sièges au sénat.



Formée autour de l'ancien président congolais, Joseph Kabila, le Front commun pour le Congo (FCC) qui détient déjà la majorité des sièges à l'Assemblée nationale, a remporté vendredi les élections des sénateurs dans 24 des 26 provinces de la République démocratique du Congo (RDC).

Sur les 100 sièges à pourvoir pour 24 provinces, le front commun pour le Congo (FCC) a revendiqué , dans un communiqué publié dans la soirée, une victoire "éclatante" qui confirme sa place en "en tant que première force politique" du pays.

La plateforme a indiqué avoir une "très large majorité" de plus des "2/3" au sénat.

La chambre haute du parlement congolais comprend 108 sénateurs issus des 26 provinces.

Les 8 autres sénateurs seront issus des provinces du Nord-Kivu (est) et de Mai- Ndombe (ouest) [ où les élections législatives provinciales avaient été partiellement reportées ].

Le 109 ième sénateur est Joseph Kabila à qui la construction accorde le statut de sénateur à vie.

Les députés provinciaux membres de différents regroupements de la collation ont "observé la discipline et la cohésion recommandées" par Joseph Kabila, a indiqué le coordonateur du FCC , Néhémie Mwilanya dans le communiqué publié vendredi soir.

Le FCC invite, dans le même texte, ses membres députés provinciaux à "demeurer mobilisés en vue des élections restantes des gouverneurs et vice - gouverneurs prévues pour bientôt".

En dépit des allégations de corruption de nombre de députés provinciaux ( électeurs) par les candidats, la plateforme de l'ancien président Joseph Kabila affirme que les élections se sont tenues dans de "bonnes conditions de crédibilité" et de "transparence".

Fort de 12 députés à l'assemblée provinciale de Kinshasa et de 7 dans le Kasaï-central , l'Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS) du président Félix Tshisekedi n'a obtenu aucun siège au sénat pour ces deux provinces .

Le parti présidentiel n'a fait élire qu'un seul sénateur sous sa bannière, François Mwamba dans la province du Kasai - Oriental (centre).

Le parti présidentiel avait largement perdu aux élections des membres des bureaux des assemblées provinciales.

Vingt des 24 assemblées provinciales sont sous le contrôle du regroupement de Joseph Kabila.

Dans la capitale Kinshasa, une centaine de militants du parti présidentiel ( UDPS) ont manifesté, vendredi en fin de journée, devant les installations de l'assemblée provinciale et au siège du parti pour la corruption des députés provinciaux.

"Ce vote atypique des élus de l’UDPS de Kinshasa et du Kasaï est un mal profond qui nécessite une attention particulière du leadership du parti", a tweeté Jacquemin Shabani; responsable de la centrale électorale de l'UDPS.

Contrôler le Sénat après l’Assemblée nationale était un challenge pour le Camp Kabila qui réduit encore la marge de manoeuvre de Félix Tshisekedi.

L'article 166 de la constitution congolaise donne, en effet, le pouvoir au sénat de poursuivre le chef de l'Etat pour différentes infractions, notamment haute trahison , le délit d’initié, atteinte à l’honneur ou encore corruption.

 

 

Pascal Mulegwa, Nadia Chahed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]