Cameroun / Centrafrique : l’axe routier Douala-Bangui paralysé

Publié par Lassaad Ben Ahmed le . Publié dans Actualité Afrique

Des centaines de camions bloqués dans l’est du Cameroun par des rebelles centrafricains dans la ville de Garoua-Boulaï à l’Est du Cameroun, depuis le 3 mars. Ils veuelent être représentés dans le gouvernement centrafricain.



Des rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (Fdpc) ont érigé des barrières sur l’axe routier principal Douala-Bangui, empêchant tout échange commercial entre le Cameroun et la Centrafrique, a annoncé à Anadolu le gouverneur de l’Est, Grégoire Mvongo.

« Les camions vides en provenance de Bangui sont bloqués à Beloko en République centrafricaine (RCA) et ceux chargés de marchandises en provenance de Douala, avec des denrées alimentaires, sont garés à Garoua-Boulaï (est du Cameroun), car des rebelles ont érigé des barrières à Beloko, juste à côté de Garoua-Boulaï », rapporte le gouverneur de la région de l’Est.

Depuis le 3 mars, les commerçants camerounais partis de Douala s’impatientent de rejoindre la capitale centrafricaine, Bangui, pour livrer les marchandises.

« Le bataillon bangladais des Casques bleues escortait les camions de marchandises venant de Bangui jusqu’à la frontière camerounaise. Mais depuis le 3 mars, l’axe routier est couvert par plusieurs rebelles qui détiennent, tous, des armes de guerre de marque AK 47 et des lance-roquettes. Des vivres commencent à pourrir dans les camions et des convoyeurs commencent à perdre patience », lamente un commerçant camerounais : Toukam Paulin.

Les rebelles revendiquent un poste dans le nouveau gouvernement centrafricain pour ouvrir la route.

« Suite au non-respect de l’accord de paix de Khartoum, le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) a décidé, de bloquer la route reliant le Cameroun et la Centrafrique. Je vous invite à éviter cet axe jusqu’à nouvel ordre », avait annoncé le général Abdoulaye Miskine dans un communiqué en date du 6 mars.

Les gouvernements centrafricain et camerounais n’ont toujours pas réagi à ce blocage qui perturbe l’intégration sous régionale et la libre-circulation des hommes et des biens sur le corridor Douala-Bangui.

Pays enclavé à l’intérieur du continent, la Centrafrique se ravitaille en marchandises, principalement à travers le port commercial de Douala. Ainsi, le corridor Douala-Bangui, long de 1500 km, constitue un axe vital pour l'approvisionnement du pays.

 

 

 

Peter Kum, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer