Abandon de la peine de flagellation contre des manifestantes soudanaises

Abandon de la peine de flagellation contre des manifestantes soudanaises

Des manifestantes avaient été condamnés la semaine dernière pour avoir manifesté contre le président Omar El-Béchir.

 

Un tribunal soudanais a annulé mardi la peine de flagellation prononcée contre neuf manifestantes.

La cour d'appel de la capitale, Khartoum, a également annulé une peine de prison d'un mois à l'encontre de manifestants.

Wail Ali Saeed, membre influent de la Democratic Lawyer Alliance, a confirmé que le tribunal avait annulé la peine de vingt coups de fouet et d'un mois d'emprisonnement contre des manifestantes.

"Le verdict a été annulé et les neuf manifestantes seront libérées aujourd'hui (mardi)", a-t-il confirmé.

Elles ont été condamnées la semaine dernière par un tribunal local pour avoir manifesté contre le président soudanais Omar El-Béchir.

La peine de flagellation a suscité des condamnations locales et internationales.

La semaine dernière, l’Alliance des juristes démocrates a déclaré que 870 personnes avaient été poursuivies par les tribunaux d’urgence créés en février dernier.

 

 

 

Mohammed Amin, Sıdrah Gufran Roghay, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]