Turquie : Les «mains de la Banque centrale ne sont pas liées» : Vice-PM

Turquie - Les «mains de la Banque centrale ne sont pas liées» : Vice-PM

La Banque prendra de nouvelles mesures si nécessaire, elle a le soutien total du gouvernement, déclare Mehmet Şimşek.

Le vice-Premier ministre turc en charge de l'économie a déclaré vendredi que la Banque centrale du pays était capable de prendre des mesures contre les attaques spéculatives dans le cadre de la récente volatilité des taux de change.

"Ses mains ne sont pas liées [...] Elle fera le nécessaire", a signalé Mehmet Simsek lors d'une interview télévisée sur la chaîne privée NTV.

Il a également rappelé que la banque avait le soutien total du gouvernement, ajoutant que sa décision de relever les taux d'intérêt mercredi afin de soutenir la lire turque avait prouvé son indépendance.

"La banque centrale turque a pris une mesure forte qui a eu des effets immédiats sur le marché", a déclaré Simsek.

Mercredi, la Banque centrale de la République de Turquie a augmenté les taux d'intérêt de la fenêtre de liquidité tardive, à savoir le taux débiteur porté de 13,50 à 16,50% (le taux d'emprunt a été maintenu à 0%).

Au cours des derniers mois, la livre turque a perdu du terrain face au dollar américain. Le taux USD / TRY a augmenté de près de 20% depuis le début de cette année.

Le taux dollar / lire a atteint un sommet historique - 4,93 - juste avant que la banque n'augmente ses taux. L'année dernière, un dollar se négociait pour 3,65 lires en moyenne.

La banque a relevé jeudi la limite supérieure de sa position de vente à terme de devises pour le deuxième trimestre de cette année.

Vendredi, la Banque centrale a fixé les taux de change pour les remboursements de crédits de réescompte à l'exportation.

Simsek a déclaré que la démarche de la Banque centrale était "efficace", mais jeudi, il y a eu un ou deux développements "négatifs" qui en ont partiellement limité l'effet.

"L'un d'entre eux est que des mensonges à propos de Halkbank ont ​​surgi hier délibérément, Halkbank l'a nié. Si vous regardez la valeur marchande et le capital de Halkbank, on parle de 49 milliards de dollars de pénalités. Ce sont de fausses informations"

Il a ajouté que ces "fausses informations" ont "inévitablement" affecté les citoyens.

Halkbank a déclaré jeudi que de "fausses nouvelles" au sujet d'une importante amende prétendument émise par les autorités américaines contre la banque s'étaient récemment répandues sur certains médias sociaux de manière à tromper le public et les investisseurs et à discréditer la banque, selon un communiqué à la plate-forme publique de divulgation de la Turquie (KAP).

"Halkbank n'a pas été partie à l'affaire réglée aux États-Unis le 16 mai 2018 et aucune décision administrative ou financière n'a été prise contre la banque par la Cour.

"Halkbank n'a pas non plus reçu quelque notification de pénalités émises par les autorités compétentes chargées de surveiller les sanctions internationales aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

En janvier, un jury new-yorkais a reconnu Hakan Atilla, ancien directeur général adjoint de Halkbank, coupable de cinq chefs d'accusation de complot et de fraude bancaire - y compris des violations présumées de sanctions contre l'Iran - mais l'a acquitté d'une accusation de blanchiment d'argent.

"Le deuxième problème, c'est qu'hier, les citoyens et les entreprises turcs ont été impliqués dans les sanctions imposées à certaines entreprises et citoyens iraniens, a-t-il ajouté.

Le Bureau du Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) du Département du Trésor américain a désigné jeudi la citoyenne turque, Gulnihal Yegane et un réseau d'entreprises basées à Istanbul pour avoir permis à la compagnie aérienne iranienne Mahan Air de sécuriser ses principaux produits et services aéronautiques et de soutenir sa flotte d'avions fabriqués en Occident.

Simsek a ajouté que l'impact des mesures prises par la banque était également lié aux développements mondiaux qui affectent également d'autres marchés émergents.

Il a noté que la période des campagnes électorales et certaines préoccupations concernant la politique budgétaire étaient également des facteurs affectant les taux de change.

Simsek a indiqué que les inquiétudes concernant la politique fiscale de la Turquie en raison des élections du 24 juin étaient nulles, car le pays maintiendra une position "forte" sur la politique budgétaire.

Affirmant que les démarches de la banque seront efficaces dans 10 jours si de nouveaux problèmes ne se produisent pas, Simsek a déclaré que les rumeurs fomentées en dehors de la Turquie visaient à perturber le processus électoral.

Le vice-premier ministre en charge de l'économie a ajouté que le secteur bancaire turc avait la capacité d'absorber des chocs énormes.

"La rentabilité des banques [turques] continue, le secteur maintient sa durabilité", a-t-il expliqué.

Il a également souligné que la Turquie ne changerait pas son régime de change et ne se retirerait pas d'une économie de marché fondée sur l'état de droit.

 

Tuba Şahin, Jeyhun Aliyev, Yannick Demoustier, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 


 

 

 

 
 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

13 novembre 2018

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News
 

Imprimer E-mail

  • [javascript protected email address]

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]