Pékin appelle Washington à lever les sanctions imposées à ses entreprises technologiques

Les Etats Unis ont placé 28 entreprises commerciales chinoises sur liste noire sur fond de "dossier Ouïgour"

 

Le gouvernement chinois a appelé les Etats-Unis à lever les sanctions imposées contre les entreprises technologiques chinoises et a affirmé que la Chine "défendra ses intérêts avec la plus grande fermeté".

Lundi dernier, les Etats-Unis avaient inscrit 28 entreprises étatiques et privées chinoises sur une liste noire, car accusées d’implication dans une campagne de répression contre les minorités musulmanes, notamment la minorité Ouïgour, dans le Turkestan Oriental (Xinjiang).

Cette mesure prive ces entreprises d’acquérir des produits américains sans l’aval du gouvernement américain et intervient à quelques jours de la reprise des négociations commerciales entre les deux pays.

Dans un communiqué publié mercredi, le ministère chinois du commerce a vivement critiqué la décision américaine, déclarant : "nous insistons pour que les Etats-Unis s’abstiennent immédiatement de faire des déclarations irresponsables concernant le Xinjiang".

"Nous appelons également le gouvernement américain à cesser de s’ingérer dans les affaires internes de la Chine, ainsi qu’à retirer le plus vite possible les entreprises chinoises de sa liste noire", ajoute le communiqué chinois.

Et de poursuivre : "Pékin prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts", sans donner plus de précisions quant à ces mesures.

Le ministère chinois du commerce a indiqué que sa délégation de négociateurs se rendra à Washington, au courant de la semaine prochaine, pour un nouveau round de pourparlers visant à mettre un terme à la guerre commerciale qui oppose les deux pays.

Un document publié, deux jours auparavant, par le département du Commerce des États-Unis indiquait que les 28 entreprises blacklistées étaient "impliquées dans la campagne de répression, de détention arbitraire et de surveillance de haute technologie menée contre les minorités musulmanes, notamment Ouïgour et Kazakhes".

Parmi les entités commerciales visées par cette mesure, figurent la société spécialisée dans la vidéosurveillance Hikvision, ainsi que les entreprises d'intelligence artificielle Megvii Technology et SenseTime, de même que d’autres entreprises gouvernementales, selon le communiqué.

Pékin contrôle le territoire du Turkestan Oriental, patrie de la minorité Ouïgour, musulmane et turcophone, depuis 1949 et l’a baptisé Xinjiang, qui veut dire "nouvelles frontières".

Selon un recensement officiel, 30 millions de musulmans vivent en Chine, dont 23 millions appartiennent à l’ethnie Ouïgour, alors que des chiffres non-officiels estiment le nombre de musulmans à 100 millions, soit 9.5 % de la population chinoise.

 

 

 

Mourad Belhaj

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: washington, Chine, Pékin, états-unis chine, chine états-unis

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]