Une guerre commerciale entre la Corée du Sud et le Japon

Guerre commerciale entre la Corée du Sud et le Japon


Tokyo ralentit les exportations de produits chimiques utilisés dans les puces et les smartphones pour frapper l’industrie mobile de la Corée du Sud.

 

Une guerre commerciale a éclaté entre la Corée du Sud et le Japon, coïncidant avec des échanges de mots entre les deux pays, sur leurs relations historiques difficiles.

Suite à la persistance de la Corée du Sud pour souligner les atrocités commises par le Japon pendant la guerre, Tokyo a annoncé lundi un durcissement de la réglementation sur les exportations de plusieurs produits chimiques utilisés dans les puces et les smartphones - une initiative visant à frapper l’industrie sud-coréenne de la téléphonie mobile.

"Le système de contrôle des exportations est construit sur la base de relations de confiance internationales", a rapporté le «Japan Times», citant une déclaration publiée par le ministère japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (METI).

"Après des examens par les ministères concernés, il faut dire que les relations de confiance entre le Japon et la Corée du Sud ont été sérieusement endommagées", a ajouté le METI.

Cette décision a provoqué une vive réaction de la part de la Corée du Sud. Le ministre sud-coréen de l'Industrie, Sung Yun-mo, a expliqué à la presse, à Séoul, que son pays déposerait une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Il a également annoncé son intention d'entraîner le Japon vers un arbitrage international.

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont au plus bas après qu'un tribunal sud-coréen, en octobre dernier, a demandé à des entreprises japonaises d'indemniser les victimes du travail forcé. Tokyo a rejeté la décision.

Le ralentissement des exportations de produits chimiques devrait forcément toucher la production sud-coréenne des smartphones, qui occupe une position de leader.

«Il s'agit d'une mesure de rétorsion économique contre la décision de la Cour suprême de Corée du Sud relative à l'indemnisation pour travail forcé en temps de guerre», a déclaré Sung, cité par la presse coréenne Yonhap.

Le METI du Japon a rendu obligatoires les demandes individuelles d'exportation de polyimide fluoré et de fluorure d'hydrogène en Corée du Sud. Ces matériaux sont utilisés dans la fabrication de semi-conducteurs, d’écrans d’affichage de smartphones et de téléviseurs.

Cela signifie que les entreprises japonaises qui négocient avec la Corée du Sud devront demander l'approbation de chaque contrat pour exporter des matériaux spécifiques vers leurs clients. La Corée du Sud accueille des géants de la fabrication de téléviseurs et de mobiles, tels que Samsung Electronics Co., SK Hynix Inc. et LG Display Co.

Le Japon produit environ 90% du polyimide de fluor et 70% du gaz de gravure dans le monde. Séoul a déclaré que la dernière initiative de Tokyo contrevenait aux efforts mondiaux visant à créer un environnement de libre-échange libre, juste et prévisible. Fait intéressant, cette décision intervient deux jours après le sommet du G20 tenu au Japon, qui avait appelé à un commerce mondial libre et équitable.

Les deux pays partagent une histoire amère depuis la colonisation de la péninsule coréenne par le Japon de 1910 à 1945, et son recours aux travaux forcés et aux abus des «femmes de réconfort» - filles et femmes forcées dans l’esclavage sexuel dans des maisons closes - pendant la Seconde Guerre mondiale.

Tokyo insiste sur le fait que le problème a été résolu lorsque les deux parties ont signé un accord en 2015, sous l'administration du parc Geun-hye. Mais Séoul a par la suite déploré que l'accord fût «imparfait».

Le président sud-coréen, Moon Jae-in, a affirmé que le pacte entre les deux pays ne mettait pas fin aux droits individuels au travail forcé en temps de guerre.

 

 

 

Riyaz ul Khaliq, Syed İftikhar Gilani, Ümit Dönmez

Photographie : Leprésident sud-coréen, Moon Jae-in a été accueilli par le premier ministre du Japon, Shinzo Abe, dans le cadre du sommet du G20 de Osaka
par Metin Aktas, Agence Anadolu, le vendredi 28 juin 2019, à Osaka, au Japon

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Corée du Sud, Japon, économie japon, japon diplomatie, japon asie, corée économie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]