Les pays de la «Zone franc» attachés à la monnaie unique

Publié par Nadia Chahed le . Publié dans Économie

En dépit des appels croissants, notamment de la société civile, pour abandonner le franc CFA, " héritage de la colonisation".




Les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales et de la "Zone franc" ont réaffirmé, jeudi à Niamey, l’importance des mécanismes et institutions de cette Zone pour la stabilité et le développement des économies des pays concernés.

Réunis jeudi 28 mars 2019 à Niamey, sous la présidence du ministre nigérien des Finances, Mamadou Diop, "ils ont également réitéré leur volonté de continuer à faire de la Zone franc un espace de coordination active des politiques publiques, en lien avec les principaux bailleurs et institutions", précise un communiqué publié jeudi soir à la fin de la rencontre.

La réunion de Niamey a rassemblé les responsables du secteur financier des pays partageant le franc CFA comme monnaie, à savoir les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et de l’Union des Comores.

Ont également pris part à la rencontre, le ministre français de l’Economie et des finances Bruno Lemaire, ainsi que des représentants des institutions financières sous-régionales.

La rencontre de Niamey intervient à un moment où de nombreuses organisations de la société civile des différents pays appellent à l’abandon de cette monnaie qu’elles considèrent comme "un frein" au développement économique des pays de la Zone franc.

Fait qui n'a pas empêché les participants à la réunion de réitérer "leur engagement à œuvrer pour le développement de la Zone franc et de mettre en œuvre des politiques économiques soutenables axées sur la diversification économique et le renforcement de la mobilisation des ressources domestiques", selon le communiqué.

Ils ont, en outre " souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des mesures permettant de renforcer l’intégration régionale, facteur de résilience et de solidarité des États de la Zone franc face aux chocs exogènes négatifs dans un contexte sécuritaire régional difficile et un environnement économique international incertain".

À ce titre, ils ont attiré l'attention sur l’importance de continuer à mettre en œuvre le suivi régulier de l’ensemble des recommandations adoptées lors des réunions des ministres de la Zone franc

La Zone franc regroupe six pays de la Cemac (Cameroun, République centrafricaine, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad), huit de l’Uemoa (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) et les Comores. Le franc CFA, monnaie commune utilisé par ces différents pays est hérité de la colonisation française.

 

 

Kané Illa, Nadia Chahed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer