Attentat-suicide de Tunis : Le bilan s’alourdit à 20 blessés

Attentat-suicide de Tunis : Le bilan s’alourdit à 20 blessés

Quinze policiers et 5 civils, dont 2 enfants ont été blessés, déclare à Anadolu le porte-parole de la Sûreté nationale tunisienne.

 

Photographie : par Mohamed Mdalla et Nacer Talel - Agence Anadolu, à Tunis, en Tunisie, le 29 octobre 2018

 

 

Le bilan de l'attentat-suicide à perpétré lundi à Tunis s’est alourdi à 20 blessés, a annoncé le porte-parole de la Sûreté nationale tunisienne, le général Walid Hakima.

Le porte-parole, dans une déclaration a indiqué que 15 policiers et 5 civils, dont deux enfants, ont été blessés.

Les blessures de toutes les victimes sont mineures, à l'exception de deux agents de sécurité qui ont dû être hospitalisés, a-t-il indiqué, qualifiant de moyennes les blessures des deux policiers.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur avait annoncé un bilan préliminaire faisant état de 9 blessés, dont 8 policiers.

L’auteure de l’attentat, une femme tunisienne de 30 ans, s’est fait exploser près d’un véhicule de la police. La femme a trouvé la mort dans l’opération.

 

Condamnations du président et d'acteurs politiques

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a fermement condamné l’attentat à l'explosif perpétré, lundi, par une femme au centre-ville de Tunis faisant vingt morts dont plusieurs policiers et civils.

"Nous croyons que le terrorisme se résorbe et se limite sur les hauteurs de quelques montagnes, mais le voilà frapper au cœur de la capitale. Et encore une fois, ce sont les forces de sécurité qui en payent les frais", a-t-il déclaré à la presse à Berlin, où il est arrivé peu auparavant pour participer à la conférence du G20 sur l'investissement en Afrique.

Selon le président tunisien, "ce qui est arrivé était prévisible, mais bien douloureux. Il est dirigé contre l’Etat et son autorité, ce qui est inadmissible".

"Les responsables, animés du sens de l’Etat doivent y faire face. Il en est de la responsabilité de tous : gouvernement, partis politiques et autres et tous doivent tirer l'enseignement de ce qui vient de se passer", a-t-il ajouté.

De son côté, le dirigeant de la puissante centrale syndicale, UGTT, Noureddine Tabboubi a attribué la responsabilité de l'attentat aux partis politiques qu’il a accusés d’avoir donné à travers leurs tiraillement, l’opportunité aux terroristes d’agir.

Depuis plusieurs mois, la scène politique en Tunisie est secouée par des règlements de compte entre les partis politiques du pouvoir et de l'opposition qui cherchent à se positionner en prévision des élections générales prévues en 2019.

Le mouvement tunisien Ennahdha, a condamné lundi l'attentat suicide ayant ciblé un véhicule de la police qui a fait 9 blessés, au centre de la capitale.

C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé par le mouvement (membre de la coalition au pouvoir / 68 députés).

Ennahdha « condamne ce lâche attentat terroriste qui a visé les forces de sécurité nationales », a noté le communiqué.

Et d’ajouter : le mouvement "condamne fermement les auteurs de l’attentat et tous ceux qui les soutiennent ou les aident".

Il a appelé les Tunisiens à « défendre et renforcer l'unité nationale ainsi que les institutions militaires et sécuritaires, et de poursuivre leurs efforts pour construire une Tunisie sûre et démocratique, en réponse à toutes les forces malveillantes cherchant à nuire à la Tunisie et à son expérience démocratique ».

 

Adil Essabiti, Qualid Filsde Mohamed Chine, Bouazza Ben Bouazza, Lassaad Ben Ahmed, Ümit Dönmez

 

 










 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]